La solitude du poteau de corner

dans son coin

Il mangea un plat froid et but plusieurs verres de bière à l’auberge près de la gare.

avec son chapeau rouge

Il s’assit sur un banc au dehors, sur le quai.

les autres au loin, il attend son tour

Une jeune fille en souliers à hauts talons allait et venait sur le gravier.

ça va et ça (re)vient le ballon

Le téléphone sonnait dans le bureau du chef de gare.

—————

en écho : Texte extrait de L’angoisse du gardien de but au moment du penalty (P. Handke)

 

Publicités

Journal des lectures : Les Coucous de Velika Hoca (P. Handke)

Bon.

Je viens de terminer Les Coucous de Velika Hoca, de Peter Handke.

Bon.

C’est le sous-titre qui m’a attiré : Notes de voyage. En même temps j’ai acheté La Nuit Morave, pur chef d’œuvre paraît’il ! Le début et la postface, ça passe. Gentilles, les notes de voyage, gentilles, mais surtout un peu longuettes (malgré que cela ne fasse que 70-80 pages).

De Hanke j’ai lu L’Angoisse du gardien de but au moment du penalty, puis Lent retour, il y a 1 an ou 2, beau livre sur l’Amérique du Nord Nord, les pieds dans la neige, les pieds dans la boue. Très géographique. D’ailleurs, dans l’ensemble Handke est assez géo-graphe, observer-transcrire. En parallèle aux Coucous, je lis Mon année dans la baie de personne, qui m’accroche bien. Je préfère aux Coucous, bien qu’ils nous amènent dans un Kosovo assez secret, peu connu, la baie de Chaville pourtant bien moins originale. Mais à voyager, je préférerai le Kosovo au 92.