&Rabelais

Envoyé à La Devinière pour suivre un atelier d’écriture, je me suis retrouvé obligé d’écrire. Le site, sa configuration particulière, sa situation et ses bruits alentours (que l’on pourrait définir comme la situation sonore du lieu) se sont imposés à moi. Ce petit texte qui en a résulté vient augmenter mon projet d’AUTO-GÉO-GRAPHIE-S.

Le fond sonore est indiqué en italique : ce qui est calé à gauche est ce que j’entends sur ma gauche ; ce qui est écrit au milieu est ce que j’entends derrière moi ; ce qui est calé à droite est que j’entends sur ma droite… Tout cela est bien entendu relatif à ma position (qui varie) dans le site… Lire la suite

Publicités

C’est bien chié (visites chez Flaubert, Proust & Rabelais)

chez Flaubertchez Proustchez Rabelais

—————

Le Croisset.

La maison de Tante Léonie,

C’est bien chié

‘tain le vent glacial qui remonte la Seine

qu’ils ont appelé ça. La Léonie du roman qui en réalité se nommait tante Elisabeth.

Autant
à Rouen, chez Flaubert, le vent était vivifiant

On y arrive au pas de course, la grande descente de Canteleu vers le fleuve. Resto Le Flaubert, bar Le Flaubert, Quai Flaubert … signes qu’on approche.

PROUST.
Pas trop lu.
Juste commencé La Recherche le temps de goûter le passage de la Madeleine.

autant
sur la pente de Seuilly, avec la vue sur le château du Coudray
et la lecture

½ heure pour voir. Lire la suite

Dans l’enchevêtrement des directions

Il y a

ces accroches qui nous emmènent

vers

ailleurs,

vers

des lieux voisins,

vers

des villes voisines ;

ou bien

l’imagination voyageuse

<digression> mettre une image sur ces noms une image fausse bien entendu puisqu’on n’en connaît rien du lieu une image pré-jugée faite de ce que l’on sait de la région bien sûr Nohant ou Neuvy-St-Sépulcre se nourrissent d’un éventuel voyage ou d’une culture personnelle George Sand … Jérusalem … etc … mais Dun-le-Palestel hein on en imagine quoi ? </digression>

Il y a

au milieu

de la campagne,

au milieu

de nulle part

(nulle part pour moi du moins),

dans

le trou du cul du monde,

ces indicateurs de directions

qui nous y raccrochent,

justement,

au monde.

(Ce texte est paru, dans le cadre des vases communicants, chez RV Jeanney.)