Une main dans le paysage

A là recherche des finisterres, du bout des routes sur google maps et street view, j’explore le nord du Canada, j’y trouve des petits morceaux d’itinéraires et me demande pourquoi si court (l’itinéraire) et comment la google car a pu passer là.CaptureL’ombre trahit : la google car est à dos d’homme, accompagné d’un pote. Deux randonneurs escaladeurs qui profitent du paysage.

 

Lire la suite

LES PIEDS DANS LE VARECH (extrait 4) : J’ai tout vu, j’ai rien vu (le monde fini 5) NUUK

– Dans l’échancrure de la côte – le ferry longe les masses rocheuses – dans l’échancrure de la côte, dans le museau de celle qui ressemble à un jeune loup – le ferry accoste dans le rouge accueillant – tourné vers l’est, vers la ville : couleurs vives (pour égayer le blanc de l’hiver ? pour se signaler dans le brouillard ?) – Ici c’est l’été, à peine au dessus de 0°C – Si c’est l’été, la canicule c’est 10°C – Pause dans l’échancrure, relais d’un jour ou deux, le temps que le ferry ravitaille et remette les moteurs – de toute façon vite fait le tour ; la route la plus longue doit faire 5 km, d’un bout à l’autre, de la mer sud au télésiège près du petit aéroport, de cette portion de civilisation comme posée sur un rocher.

•••••

LesPiedsdanslevarech-gobenceaux

Quelques poèmes des années géographie. Anciens ; plus lyriques, paraît-il. Quelques étapes :

Bretagne, Corse, Beauce, Brindisi, Tunisie, Bologne… ; mer, montagne, ville…

Les pieds dans le varech, / l’esprit en balade, / l’étendue s’ouvrant au monde, / obstination infinie / du vent qui souffle.

Télécharger le livre au format epub

Télécharger le livre au format PDF

De villes, de bourgs & d’autres lieux (11) : Nantes

Pas là pour ça. Là pour le musée de l’imprimerie. Mais traversé quand même la ville. Ciel bleu et pierres lumineuses. La jeunesse étudiante partout. Sur les pelouses. Sur les passages cloutés. Et puis d’un coup, le château des ducs de Bretagne. Séparé par le tramway. Frustrant de passer en contrebas sans plus qu’apercevoir les toits de quelques logis.

De villes, de bourgs & d’autres lieux (9) : Rennes

Pas entré dans la ville. En route vers la Bretagne. 2 lieux. Périphériques. Mais lieux intenses. 1 Le parking d’Auber. Sud-est de la ville. Provenance Janzé. La petite l’estomac tourbillonné. Rendu en relief sur le fauteuil devant. 2 Le stade de foot. Plein ouest. Surprise de passer devant. Surprenant beau. Emotion sportive. Ca tire des fils d’autres stades. Tours. Stade de France….. Ca tire toute une vie sportive ratée.

rennes

De villes, de bourgs & d’autres lieux (8) : Montluçon

Garé sur le boulevard. Gris & sale. Suite de magasins. Abordé le château. Par le sud. Par le grand escalier. Zig & zag. Sous la chaleur de fin juin-canicule. L’esplanade. Désert. Panorama sur la ville. Les mains en casquette. Posé à l’ombre. 2 ou 3 dessins. Vue d’ensemble & petits clochers. re-descente par les pavés de la rue de la Fontaine. Retrouver les gens. Les boutiques. L’agitation du boulevard. Et la voiture 45°C dedans. Ouvrir les fenêtres. En grand.

DES LIVRES ET DES LIEUX (Je me souviens à Cracovie)

Je me souviens être allé à la librairie polonaise du Boulevard Saint-Germain et avoir acheté Cracovie à vol d’oiseau de Sylvie Germain ; puis l’avoir lu dans le train menant à et dans la chambre d’hôtes de Cracovie.

ParisLibpol

Je me souviens avoir acheté, dans une petite librairie de la rue Grodzka, Le Chat du rabbin et Le petit Prince en polonais pour offrir à mon frère ; depuis il s’est marié avec une russe.

Krakow

Je me souviens, dans la libraire de la rue Grodzka, n’avoir pas acheté de petit atlas de poche en polonais et l’avoir longtemps regretté.

Krakow-Empik

Je me souviens avoir acheté à l’EMPIK -FNAC locale- du Rynek de Cracovie, un livre de poèmes en polonais avec des illustrations représentant des chats ; et regretté de n’avoir pas plutôt acheté un livre de Wisława Szymborska (quitte à n’y rien comprendre autant que ce soit un prix Nobel !)

—————

Et aussi :

Sur le site Nerval.fr,

retrouvez ‘20° Est 50° Nord (touriste à Cracovie)‘, le récit du voyage à Cracovie, avec traversée de l’Allemagne et de la Pologne en train.

un extrait :

Sur la place Nowy
Une fillette vend des chiots
Ici les sons résonnent très haut
Le soleil envahit
L’air doux et gracile
Mais autrefois hurlaient, énormes,
Les mâtins en sombres uniformes,
Poussant ces êtres fragiles
Ne sachant vers quel destin
Les mâtins les entraînaient
Suite à un obscur plaid.
Ici leur maison, leur cour, leur jardin
Et lorsque se ferme la porte du bar, sourde,
Elle résonne dans ma conscience, lourde.

De quelques autres remarques (1 – culturelles)

Les monuments ferment vers 15h. C’était l’horaire de sortie pour tous fut un temps. Alors les Polonais mangeaient vers 16h. Maintenant, c’est de moins en moins le cas, le privé s’alignant sur le 18h occidental.

En Pologne, les films étrangers sont doublés par un unique « lektor » qui ne fait que lire une traduction des dialogues sans mettre aucune intonation. Ainsi, une voix d’homme placide ou des cris de femme hystérique seront doublés de la même façon par le « lektor » monocorde.

Ville de Jean Paul II, Cracovie est un lieu de sortie privilégié pour les écoles religieuses. De fait, on voit une ribambelle de petites filles en robes-uniformes bleues encadrées par des religieuses en robes-uniformes bleues, foulard blanc en plus.

Le Thalys Köln-Paris Nord s’arrête à Aix-la-Chapelle. On aperçoit une chapelle depuis le train arrêté en gare, mais ce n’est pas LA chapelle.

Les Moumounes

une jeune fille tient sur ses genoux un chat roux
    le chat regarde par la vitre et bâille
    un jeune homme remplit des grilles de loto
    les marches nues d’un escalator, à Viroflay  
    le sol rouge des quais, luisant dans les flaques  
    le chat qui tremble

ses oreilles qui frôlent la vitre
    il a posé ses pattes avant sur le bord de la vitre et son corps tend une diagonale curieuse d’où son regard s’échappe
    à droite, à gauche

Sereine Berlottier, Ferroviaires, Publie.net

Voir l’article original

Littérature et autres paperolles à la littérature

Paperolles propose quelques livres numériques au format epub. Des classiques & des textes plus contemporains. Des textes que j’aime bien et des compositions nouvelles ; de mon cru ou de celui des autres.

•••••

CouvIllustreGaudissart

L’ILLUSTRE GAUDISSART (Honoré de Balzac).

Comme ce roman ne se trouve pas facilement en poche et que je l’aime bien, le voici. Je l’ai augmenté d’une préface de mon cru. Une autre image de Balzac, cet Illustre Gaudissart, un Balzac ouvertement Rabelaisien et pochard.

Curieuse figure ! Cet homme a tout vu, il sait tout, il connaît tout le monde. Saturé des vices de Paris, il peut affecter la bonhomie de la province. N’est-il pas l’anneau qui joint le village à la capitale, quoique essentiellement il ne soit ni Parisien, ni provincial ? car il est voyageur.

Télécharger le livre au format epub

•••••

LES PIEDS DANS LE VARECH (N. Gobenceaux).LesPiedsdanslevarech-gobenceaux

Quelques poèmes des années géographie. Anciens ; plus lyriques, paraît-il. Quelques étapes : Bretagne, Corse, Beauce, Brindisi, Tunisie, Bologne… ; mer, montagne, ville…

Les pieds dans le varech, / l’esprit en balade, / l’étendue s’ouvrant au monde, / obstination infinie / du vent qui souffle.

Télécharger le livre au format epub