AUTO-GÉO-GRAPHIE-S

 

 QUELQUES EXPLICATIONS SUR LE PROJET

—————

AUTO – je prends mon expérience comme support – GEO – du monde – GRAPHIE – que je décris, que j’écris – S – que je dessine par des mises en page appropriées à chaque expérience décrite.

◊◊◊◊◊

AUTO-GEO-GRAPHIE-S…comme j’évoque mon expérience du monde…comme il dit « un certain type de lieu amène un certain type de discours »…une certaine expérience du monde amène une certaine écriture et une mise en page avec ses propres chemins de lecture…un mot, un nom attire un souvenir, une image, un univers, déroule une ficelle, une longitude et une latitude…alors suivre les astérisques de quai à quai…se faire accompagner…et noter tout cela dans un petit carnet marron.

◊◊◊◊◊

Mon projet est de proposer la vision d’une expérience du monde (la mienne) en me situant entre géographie et littérature et en essayant d’utiliser au maximum les possibilités du traitement de texte. L’idée est que chaque lieu, chaque expérience provoque une mise en page particulière.

◊◊◊◊◊

Toute expérience du monde -de ses lieux et de ses espaces- est pré-texte.

◊◊◊◊◊

• La géographie s’éprouve et se pratique avec les cinq sens dont la plupart des hommes sont pourvus.
• Tout homme à une relation à la Terre, au monde, en cela tout homme a inévitablement une relation particulière à l’espace, tout homme est potentiellement géographe.
• Être géographe, c’est rendre compte d’une expérience du monde.

◊◊◊◊◊

• Les restes du voyage (2) : BERLIN

Quelques notes & références d’un voyage à Berlin. Vase communicant chez Urbain trop urbain

• Du passage à Firenze

Un mariage à/et Firenze. Vase communicant chez Anne Savelli

• PRESQUE GWENRANN / Les restes du voyage

Carnet de bord de quelques jours sur la presqu’île de Guérande. Vase communicant chez Christine Jeanney

• Autogéographie en footballeur (JE ME SOUVIENS des années football)

– Du football et de la géographie. Vase communicant chez Jean Prod’hom

• JONGLER AVEC LES LIEUX (et avec la mémoire) wandering n-y & eccetto autorizzati

– Souvenirs de New-York et Firenze. Vase communicant chez Michèle Dujardin

• SUR LE RIVAGE INÉGAL, 30 méditations géographiques

• DANS L’ENCHEVETREMENT DES DIRECTIONS
– En suivant les panneaux indicateurs, le monde… Vase communicant chez RV Jeanney

• DU SAUT DES FRONTIERES agrémenté de quelques italiques de Michel Butor
– Passages de frontières, surtout celles autour et sur le Léman. Vase communicant chez Bigitte Célerier

• DU SAUT DES LIEUX
– Un retour, depuis Saché, sur les années parisiennes de libraire. Vase communicant chez Jeanne

• TOUS LES VOYAGES SONT 20 (ITINÉRAIRE BIS)
– Un trajet en photos entre Le Grand-Pressigny et Langeais.

• CORFOU (POÈME)
http://www.unevilleunpoeme.com/2009_06_01_archive.html#1197315818233103310

• &SAND
– Un récit de voyage, un parcours fragmenté en Vallée Noire, pays de George Sand, qui fait partie d’un triptyque intitulé « Balzac&Sand&Rabelais » évoquant des lieux emblématiques de ces trois écrivains (Saché, le Berry, La Devinière).

• &RABELAIS
– Envoyé à La Devinière pour suivre un atelier d’écriture, je me suis retrouvé obligé d’écrire. Le site, sa configuration particulière, sa situation et ses bruits alentours (que l’on pourrait définir comme la situation sonore du lieu) se sont imposés à moi.

• LA ROCHELLE (POÈME)
http://www.unevilleunpoeme.com/2009/02/la-rochelle_23.html

• LE ZOO DE B.
– Cette fois-ci, évocation d’un lieu : un Zoo. Le tout tout en dialogues et arrières plans sonores.

• LES ATLANTES
– Ce texte est une autre étude de lieu, à savoir le rayon culture d’une grande surface. Il s’agit d’une approche thématique rythmée par ce qu’on entend toute la journée dans les hauts-parleurs publicitaires.

• CONVERGENCE, fragment, Bus n° 61
– Ce texte fait écho à ‘De la pratique d’un arrêt de bus’. Il s’agit du même bus, mais ici il est en mouvement. J’y ai mis en regard ce qui se passe à l’intérieur du bus (ce que je pense, ce que j’entends) et ce qui se passe à l’extérieur (ce que j’observe par la fenêtre).

• PARIS-NICE
– Ce petit texte veut se situer entre une carte et une description. L’objet est ici de transcrire en texte un itinéraire (en l’occurrence un trajet en TGV entre Paris et Nice).

• DE LA PRATIQUE D’UN ARRET DE BUS
Ou brève étude sur la définition et l’utilisation d’un lieu : le terminus « Gare d’Austerlitz » de la ligne 61 vers 19h30 en semaine l’hiver.

– Tentative d’étude d’un lieu public avec les repères et les habitudes  particulières ou communes aux usagers.  Le quotidien est au départ de ce texte : j’ai pris tout simplement le bus 61 les soirs de semaine pendant plusieurs années.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s