Le Pont suspendu

On profite du soleil.

On se met sur un banc.

On regarde le pont.

Je le dessine.

D’abord en version feutre-pinceau, trait grossier comme je faisais au début,

juste pour appréhender.

Et après je recommence au feutre fin, réaliste (sic !)

Je rajoute un ciel en feu (chose impossible, magie du dessin, puisqu’il était 16h de printemps)

Bon, en 150 ans d’histoire il a été coupé 3 fois, je crois (la foudre, puis les ennemis de 1870, puis ceux de 1940). Détruit / reconstruit ; en 1915 il ressemblait à ça : plus stalinien, mais plus facile à dessiner, sûrement.

Publicités