(vase communicant avec Ana nb)

Immédiatement ,

immédiatement la montée vers le plateau du Haut du Lièvre , trois minutes quarante huit secondes en moyenne , trois minutes quarante huit secondes , entre deux parties d’une ville qui s’ignorent .

Entre deux parties qui s’ignorent une idée : ouvrir la phrase .

Seul le conducteur du bus de la ligne 124 est maître de la destination . Pas d’objectif de description de deux cent vingt montées de trois minutes quarante huit secondes .

Il y a / il y avait .

Choisir un point de vue et le quitter dès les premiers trajets avec le 124 HDL

124  Hautes Définitions Limitées.

( en cours d’écriture )

Avant la montée , se trouver au départ place de La République , quitter la place , apercevoir une partie de la façade de la gare , des voies ferrées , du haut d’une église , des rues des maisons des commerces , la facultés de Lettres , une station service , un vieux garage . Ne pas nommer les rues de la ville , jusqu’à la fin du boulevard de Scarpone .

Passer sous le pont ,

immédiatement la montée vers le plateau du Haut du Lièvre , espace boisé , mémoire de la ville d’avant , avant sa butte artificielle , sa carrière de calcaire , ses lièvres , ses premiers habitants .

Derrière la vitre fixer le cadre :

là l’escalier avec ses quatre vingt douze marches , accès direct à l’avenue Raymond Pinchard , là les troncs penchés les ronces emmêlées , ici le tournant avec vue étendue éphémère sur la ville.

Comment dire les choses .

Il est huit heures vingt cinq , le 124 HDL vient d’amorcer la montée , progression lente , hésitante selon la saison . Chaque expérience de montée est différente . A l’intérieur le paysage reste muet  , les corps assis ou debouts ont depuis le départ de la place de la République ,

j’ai oublié la fin de la phrase .

Le 124 HDL accélère maintenant au début de l’avenue Raymond Pinchard . Premières habitations , basses d’un côté , de l’autre première barre : le Tilleul Argenté . Maintenant les arbres se font plus rares . A partir de cette entrée dans un vaste espace d’habitations , la perception change marquée par la présence de formes lumineuses que sont les hommes les femmes les enfants , figés dans un mouvement , mouvement gardé dans ma mémoire . L’homme accroupi , l’homme aux bras croisés , la femme debout main contre le front , la femme assise tête inclinée , la femme jambe droite repliée sur le banc , l’enfant en pleurs en roller , l’enfant chargé de sacs , l’enfant en déséquilibre sur le trottoir .

Et les formes lumineuses viennent perturber la routine de la perception quotidienne du Haut du Lièvre , de la perception fragmentée fugitive d’un espace traversé . Des fragments de vie entrecoupés de vide , d’espaces vides . Ici la destruction avant la disparition au nom d’avant , avant quand seuls les lièvres habitaient le plateau . Là – bas la construction rapide de nouvelles habitations  façades en bois , il faut se souvenir des arbres . Je me souviens de ces trois là , arbres noirs découpés dans toutes les nuances du ciel . Chaque matin à la descente , mon regard s’est  posé là . Un jour entourés de machines , le lendemain disparitions .

Immédiatement dès les premiers deux cent vingt trajets direction LAXOU MOUZON , arrêt OMBELLES , deux cent vingt montées avec vues latérales sur les arbres penchés , cinq tournants , deux avec vue sur la ville d’en bas , deux cent  vingt arrivées sur l’avenue , immédiatement mes yeux se sont posés sur d’autres ailleurs , journal livre programme de cinéma articles photocopiés . Des perceptions du monde réel , une échappée .

Immédiatement

—————

Dans le cadre des vases communicants, j’ai découvert ana nb, son joli blog Le Jardin sauvage et Nancy vi@ bus. Merci à elle.

Voici les autres vases de ce mois-ci :

Anne Savelli http://fenetresopenspace.blogspot.com/ et Christophe Grossi http://kwakizbak.over-blog.com/

Pierre Ménard http://www.liminaire.fr/ et Daniel Bourrion http://www.face-terres.fr/

Lambert Savigneux http://aloredelam.com/ et Isabelle Butterlin http://yzabel2046.blogspot.com/

Cécile Portier http://petiteracine.over-blog.com/ et Joachim Séné http://joachimsene.fr/txt/

Marianne Jaeglé http://mariannejaegle.over-blog.fr/ et Olivier Beaunay http://oliverbe.blogspirit.com/

François Bon http://www.tierslivre.net/ et Bertrand Redonnet http://lexildesmots.hautetfort.com/

Kathie Durand http://www.minetteaferraille.net/ et Nolwenn Euzen http://nolwenn.euzen.over-blog.com/

Landry Jutier http://landryjutier.wordpress.com/ et Jérémie Szpirglas http://inacheve.net/

Anita Navarrete-Berbel http://sauvageana.blogspot.com/ et Loran Bart https://noteseparses.wordpress.com/

Juliette Mezenc http://juliette.mezenc.over-blog.com/ et Christophe Sanchez http://fut-il-ou-versa-t-il.blogspot.com/

Murièle Laborde Modély http://l-oeil-bande.blogspot.com/ et Sam Dixneuf-Mocozet http://samdixneuf.wordpress.com/

Urbain, trop urbain http://www.urbain-trop-urbain.fr/ et Scritopolis http://www.scriptopolis.fr/

Arnaud Maïsetti http://www.arnaudmaisetti.net/spip/spip.php?rubrique1 et Laurent Margantin http://www.oeuvresouvertes.net/

Piero Cohen-Hadria http://www.pendantleweekend.net/ et Brigitte Célérier http://brigetoun.blogspot.com/


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s