Bréhé-hé-hé-hé-hé-mont

En vadrouille dans les environs, je retourne voir ce port ligérien. Balzac dit qu’il descend la Loire de Tours à Nantes en bateau à vapeur si je me souviens bien -je ne me rappelle plus trop- avec Mme de Berny, dans les années 1830. Aujourd’hui ce sont seulement quelques canoës oranges qui vont suivant le courant pendant que, de l’autre côté, celui du village, je dessine.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s