Pré-texte : Partie 1 : Langeais – Saché

Langeais 9h20 – Installé dans la voiture, je mets la ceinture, il y a du brouillard, de la condensation sur les vitres. Je règle les rétroviseurs. Sur la vitre arrière, on ne peut pas enlever la condensation, je desserre le frein à main, je vais nettoyer le rétroviseur, tout de même. Hop. Il y a du brouillard, mais le soleil semble pointer au-dessous. Hop là. Je passe la première, je sors péniblement de ma place de parking sur la place Léon Boyer, et c’est parti. Une dame avec des bottines passe sur le passage clouté, je me dépêche de prendre la priorité. Je passe devant un Equuleus immobilier, je passe devant le bar-tabac presse qui est fermé. Je suis la direction de la gare SNCF. Je passe devant la mairie, devant la bibliothèque. Un monsieur transporte une baguette. Il y a une voiture de gendarme, non, d’urgence gaz plutôt. Puis je prends à droite le long de la voie ferrée. Je suis dans une zone limitée à 30 à l’heure, il y a un premier dos d’âne, puis un second. Un trou dans la chaussée. J’arrive sur un rond-point. Je suis « toutes directions ». Je m’approche de la Loire. A droite au stop. Personne n’arrive de la gauche, j’y vais. Des voitures fantomatiques surgissent de la brume les phares allumés. Je ne vois pas la Loire tellement la brume est épaisse ce matin. Le pont émerge du coton, je ne vois que deux de ses 3 ou 4 série de tourelles. Second rond-point où je prends direction Lignières de Touraine. Lorsque je passe sous la première tourelle du pont, je distingue à peine la seconde. Depuis le pont on ne voit pas du tout la Loire en contrebas. Je mets les phares antibrouillard, tout de même. Et je m’apprête à traverser la campagne. Un panneau m’indique « Lignières 3,5km ». Il y a la chapelle aux Naux d’indiquée sur la gauche, Bréhémont sur la droite et nous entrons dans le « Parc Naturel Loire Anjou Touraine ». Je suis limité à 70 car il y a une sortie de camions, une maison est à vendre sur la droite. Il y a le vétérinaire à gauche. Et puis des champs, des silhouettes d’arbres essayant vainement de transpercer cette brume matinale. Peut-être qu’il fera beau plus tard dans la journée une fois que tout cela se sera levé. Un panneau sur la droite indique ‘fraises en vente directe’. Des pommes et des fraises indiquées sur un panneau à gauche. J’essaye de rouler prudemment pour fendre cette brume épaisse. Une publicité pour la boulangerie-pâtisserie de Lignières sûrement. Un virage dangereux sur la gauche et à droite, le stade de Lignières. Un phare derrière moi, celui d’une moto qui me suit. Un panneau ‘Route des vignobles Touraine Val de Loire’ et j’entre dans Lignières de Touraine. 9h27. Je continue tout droit direction Azay le Rideau. Une boucherie  est à vendre à gauche. Un garagiste Elf est de part et d’autre de la chaussée, en plein bourg. Une dame toute petite promène son chien, un caniche. Une autre maison à vendre ou à acheter, c’est selon, les panneaux sur la droite ; le long de cette rue principale qui traverse Lignières de Touraine. Une maison de crépis rouge, à ma gauche juste avant de sortir du bourg. On commence à apercevoir le soleil à travers la brume et les arbres. Je passe devant un petit pré où deux lamas broutent paisiblement dans l’herbe. Le propriétaire de ce champ a fait un feu dont la fumée envahit la chaussée. Une grande montée qui ne serait pas évidente à gravir en vélo. Une voiture me colle derrière. En haut de la grande montée, le temps ne se découvre toujours pas. Pourtant habituellement, les jours de brouillard, ce dernier se lève en haut de cette déclivité, laissant éventuellement s’étaler un grand soleil. Je roule déjà à 80 à l’heure, il n’y a quasiment aucune visibilité et la voiture me double quand même. Ce n’est pas très prudent tout cela ! Cette voiture roule au moins à 100 ou 110. Un soleil timide donne une luminosité curieuse à cette brume en essayant de la transpercer. Quelques vignes sur la gauche. On traverse des champs alternant avec des bois. Il y a un virage dangereux sur la droite. Je ralentis. Toujours ce soleil curieux venant de la gauche. Sur la droite il va y avoir les jardins de la Chatonnière, « un monument à visiter ». Un très joli château pour ce que j’en ai vu une fois en m’arrêtant sur le chemin. Il y a une très belle maison sur la petite route menant à ce château, mais on ne la voit pas en venant dans ce sens. Le Carrefour-Market d’Azay le rideau est annoncé alors que je suis limité à 50 à l’heure. Un nouveau virage dangereux, une piste cyclable. Un panneau bleu et blanc invite à la civilité « Partageons la route ». Nous sommes au lieu dit le Luré. Le brouillard ne se lève toujours pas. Le musée Maurice Dufresne est annoncé sur la droite. Et je me retrouve face à ce soleil timide, dont la brume atténue les effets de contre-jour habituels. Je n’ai pas besoin de descendre mon pare-soleil. Mon portable sonne. Comme je suis quelqu’un de responsable, je ne réponds pas. Puis nous arrivons à Azay le Rideau en longeant maintenant l’Indre. Limitation à 70. Sur la droite du lierre rouge sur un mur. Je passe devant le château de l’Islette où est venu Rodin (accompagné de Camille Claudel) pour chercher un modèle ressemblant à Balzac afin de faire la célèbre statue. A 9h31, nous passons devant le panneau d’entrée d’Azay. Sur la gauche, une moyenne pub Top office, propose une clef usb pour 4,99E. Puis je passe devant le rond-point de la gare qui est un peu plus loin sur la gauche. Sur la droite, le Relais de la gare et ses 3 formules. Un panneau danger car il y a une école à venir. Sur la gauche il y a un parc pas très bien entretenu, touffu, mais on aperçoit une maison bourgeoise, presque un petit château, qui semble très jolie. Les volets en sont le plus souvent fermés. Sur la gauche l’école (maternelle ?). Puis quelques barres d’immeubles (les HLM d’Azay ?). La résidence de la Varenne sur la droite, beaucoup de lieux s’appellent les varennes lorsqu’on circule près de la Loire. Une voiture est arrêtée sur la chaussée, elle clignote à gauche alors qu’elle est stationnée sur la droite, je double, en fait je vois la dame qui est descendue. Sur la gauche, un grand entrepôt en mauvais état, les murs sont ouverts par endroits. Puis un grand parking de cars Fils vert (ou bleu) ou scolaires. Je prends à droite direction L’île Bouchard, Chinon (21km) pour aller vers Saché. Je sors donc d’Azay. Un ‘cédez le passage’, je cède à une voiture blanche. Je prends la route de Chinon, une montée que ma vieille AX à du mal à gravir. De la buée sur les vitres. Des chambre d’hôtes sont annoncées sur un panneau sur la gauche. Le soleil perce à travers une brume moins dense. Le « château du Rivau prochaine route à gauche » est annoncé sur un panneau à gauche. La montée s’accentue, bordée par deux hauts talus. Une publicité pour des pubs adhésives. Je prends à gauche vers Cheillé, le château d’Ussé, Monts (15km). Un grand champ plein de brume à droite, avec des herbes hautes et sauvages, avec le soleil derrière, cela donne une belle couleur orangée. 9h35, j’entre dans Cheillé. Une banderole annonce un loto le 17 octobre à la salle polyvalente d’Azay. J’augmente le chauffage pour faire partir la brume sur la vitre. Je laisse la route de l’Île Bouchard sur la droite, passe un passage piéton. Un homme assez vieux, habillé en costume de travail bleu discute avec d’autres hommes sur ma gauche ; je vois régulièrement cet homme et son labrador crème à cet endroit. Je prends à droite direction Monts 16km, Saché 6km. Sirène d’une voiture de pompier que je ne vois pas. En sortant de Cheillé, le long mur d’une propriété s’étale sur la gauche, il s’est écroulé par endroits (bandes rouges et blanches). Les chambre d’hôtes sont encore indiquées par ici. Je franchis quelques ralentisseurs. Je quitte la route principale pour prendre Saché 5km. Lieu dit les Chemillère (à vérifier). Les voitures arrivant lentement en sens opposé sur cette D17 ont les phares allumés. La brume se lève un peu, lentement aussi. Des champs de part et d’autre de la route, une barrière métallique, des poteaux en bois. Sur la droite, le lieu dit le Grand arrêt. Il y a un panneau annonçant des virages sur 800m. Au petit arrêt, toujours à droite, on vend des noix. J’essaie de ne pas dépasser 80km/h. La route humide brille avec le soleil en contre-jour. Des panneaux signalétiques et des poteaux blancs et rouge de croisement se détachent en haut d’une petite montée. La route zigzag en effet, comme annoncé. Je traverse quelques maisons comme un hameau sans nom, un poids lourd est garé sur la droite. Sur la gauche, on ne la voit pas mais on peut la deviner au delà d’un champ notamment au fait qu’elle est bordée de peupliers, la vallée de l’Indre « émeraude qui a des mouvements de serpents ». Sur la droite le lieu dit Quimperlé. L’herbe est toute givrée. Un petit verger se détache à contre-jour et à gauche. Un chapelet de 4 voitures en face. De nouveau « Attention route sinueuse sur 600m ». une maison de vigne est abandonnée au croisement direction Villaines les rochers. Je traverse un lieu dit dont je n’ai pas fait attention au nom, je vais essayer de voir à la sortie, non pas de nom, seulement le nom de la route. Sur la gauche, une centaine de troncs d’arbres sont taillés et empilés, plus même, 150 troncs sont là. Un panneau annonce le supermarché Diagonale à Artannes. Je baisse un peu le chauffage pour que le contraste en sortant de la voiture dans quelques minutes ne soit pas trop saisissant. Enfin, j’arrive à Saché. Limitation 50 à l’heure. Une ancienne voiture de la poste, break jaune, est stationné à gauche. Une maison aux volets fermés sur la droite, peut-être une résidence secondaire avec une sorte de bas relief au dessus de la porte d’entrée. On a une alternance de vieilles maisons et de maisons plus récentes années 60 à 80. L’une d’entre elles est à vendre sur la gauche. Puis le terrain de tennis toujours à gauche, près d’un conteneur vert à verre.  Sur la droite la maison d’une collègue, bien retapée, sa voiture est là, elle ne travaille donc pas aujourd’hui. Un certain nombre de maisons sont des longères en tuffeau avec contours en pierre de taille caractéristique de la région de Touraine. La boulangerie à droite, l’église à gauche, un voile de brume l’enveloppe alors que nous sommes à moins de 30 m. Puis je prends à droite une petite route. Un panneau marron et blanc indique le château de Saché/musée Balzac. Des gens sont là : un motard, un noir, les voitures des collègues. Je vais jusqu’au parking, je suis le dernier arrivé. Je me gare 21min et 45 seconde environ après le départ. 9h42.
(retranscription quasi littérale)
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s