Ce que j’en dis

Ce que j’en dis

Du chemin

Ce qu’il en reste

Après coup

Ne regarde que moi.

Ce dont je me rappelle

Quelques formes

Souvent récurrentes

Et des couleurs.

Paris, loin derrière,

Il ne reste qu’une province

Au cœur de la France,

Une étendue céréalière,

Quelques bovins

Et un sandwich aplati

Par le voyage.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s